TÉMOIGNAGE DE DORIS (pseudo) :

 

Extrait n°1

 

 

 

 

Bonjour,

 

 


Ce qui suit va valider vos découvertes ou les compléter :

 

J’ai fait des découvertes concernant les corps blancs ce que j’ai parfois perçu de maintes façons dans mes liens avec autrui. Voici ce que je peux en dire:


Il y a quelques mois une personne qui faisait partie de mes proches connaissances vint au petit matin dans mon sommeil sous la forme d’un corps blanc d’un côté et légèrement ombré de l’autre. En cachette et croyant qu’un de mes corps éthérique allongé ne la percevait pas (mais je la percevais autrement sûrement avec mon 3èmeœil) elle essayait de m’arracher de belles couvertures aux couleurs vives et harmonieuses elles-mêmes éthériques qui me protégeaient. Quelques jours après elle vint à la maison portant les couleurs qui correspondaient à l’harmonie des couvertures citées plus haut. Je compris plus tard alors que cette femme habituée à recevoir facilement de l’argent et de plus télépathe était sous contrôle.

 

 

De même un homme m’appela au téléphone pour que je lui prête de l’argent. Je vis au-dessus de ma tête une masse blanche qui attirait mon être au point d’accepter ce qui était complètement fou puisque je ne le connaissais pas tant que cela à part une épreuve d’un jour avec lui pendant les vacances scolaires. Or heureusement et après réflexion je me suis ressaisie en lui envoyant une lettre de refus.

 

Cela me renvoie aux pratiques bouddhistes que j’ai suivies pendant des années et que j’ai abandonnées. Le grand lama nous bénissait avec cette lumière couleur de lait et parfois jaune (énergie humaine). Il nous faisait donc travailler sur la couche blanche du treillis-prison et que j’acceptais au nom de « celui qui sait tout » donc finalement une acceptation de l’ombre ! D’où aussi la fragilité précédente avec l’homme précédemment cité ! 

 

Il y a un ou deux ans j’ai rencontré "X" lors d’une journée de stage offerte par une amie. Il nous raconta qu’autrefois été utilisés des artéfacts en forme de petites pyramides et que tenues entre les mains il suffisait de situer un œil à l’intérieur. Je me suis posée la question pourquoi. La réponse est peut-être venue car je finis par rencontrer des personnes invitées par un homme qui se veut chamane. Celles-ci vendaient de petites pyramides en bois ayant chacune des vertus. J’en pris une dans mes mains, mis mon œil dedans en transparence et là surprise : une boule d’énergie blanche sortit de la pyramide comme un obus à la vitesse de la lumière, comme un signal de détresse s’élançant dans l’espace à l’infini dans l’obscurité la plus totale. Etrange non ? la pyramide était informée.

 

 

Je pourrai aussi vous raconter des histoires de flyers…

 

 

Votre travail m’éclaire et m’encourage. Cela faisait longtemps que ça me titillait pour vous écrire. Cette lettre se mêle à mon yoga matinal car il m’est nécessaire d’avoir la forme physique pour continuer la route. Je suis enseignante dans un lycée professionnel en Art Appliqué où j’en vois aussi de toutes les couleurs !

 

A très bientôt

  

Doris (Pseudo)






Extrait n°2


 

Bonjour,

Des histoires de Flyers : et bien la première fois que j’ai pu en identifier un c’est dans un temple bouddhiste. Vous allez voir je vais leur faire de la pub à ces sacrés «  boubous ». Une femme lama venait de quitter son corps ; il était proposé à tous ceux qui avaient l’habitude de fréquenter les lieux de faire des offrandes de lumière à la défunte. Je la connaissais et avais eu des infos concernant sa maladie qui la menait à mon avis trop souvent à l’hôpital. Je n‘ai pu l’aider même avec des infos que je lui faisais passer pour essayer de l’amener à d’autres ouvertures de soins. Mais c’était son choix, influencée peut-être par son entourage. Me revoici donc dans le temple où imprudemment j’envoie en lumière mon énergie, histoire que la défunte l’attrape ! Ni une ni deux avant que j’ai eu le temps de réagir s’abat sur moi une sorte d’oiseau gigantesque une ombre noire comme dans les films de harpies et qui arrache tout cru ce que je venais d’offrir en énergie. Si vous voulez savoir ce que ça fait et bien vous avez l’impression qu’on déchire votre aura et ça fait mal ! Une des pratiques bouddhistes tibétaines issues des enseignements de Bouddha et des Chamanes Bönpos est de dompter ce genre de bestiole (il y en a de toutes sortes) et pourquoi pas de l’utiliser au mieux pour rétablir le bon ordre dans l’esprit de certains. Pour ma part on me faisait remarquer pour la deuxième fois et bien moins gentiment que je n’étais pas OK dans ma pratique en tant qu’électron libre. Je n’avais jamais voulu être dépendante d’un lama européen, les tibétains à mon avis étaient plus doués car ils m’apportaient plus que quiconque d’esprit à esprit. On m’a retourné cette énergie quelques années après. La leçon était intégrée ! Depuis je suis plus sage et moins téméraire mais qui sait ce qu’on a à faire sur cette planète…


La seconde fois fut avec un ami qui m’était très cher car mon fils dans une vie passée. J’ai dû avec lui dépasser une culpabilité de mère indigne pour avoir eu le désir de lui ôter la vie avant qu’il naisse puis mettre ressaisie sauf qu’il en conservait des séquelles. Il faut dire que je compris des années plus tard que nous vivions une sorte de vendetta inconsciente se déroulant sur plusieurs vies fort anciennes. Chamane lui-même ou peut-être portail organique je ne sais, il possède dans cette vie des dons incroyables. Nous étions sur la route revenant d’un rassemblement dans les Pyrénées. Le trajet avait été long et je voulais absolument qu’on s’arrête dans un village où vivait un homme réputé pour ses liens avec le monde des esprits de la nature. Je voulais qu’il m’aide car mon ami avait canalisé quelque chose de spécial concernant des pratiques que je faisais autrefois pour protéger ces esprits et qu’il était temps que je leur rende leur autonomie. Croyez moi quand on cherche et qu’on se croit seule comme je le pensais on est prêt à tout ! Alors voilà que dans la voiture il me fait repérer une grotte, son lieu de prédilection pour les soins chamaniques. Je ne me pose aucune question, stoppe le véhicule et très rapidement ouvre le coffre pour l’installation de nuit. Mais voilà que mon ami est pris d’une sorte de délire, il prend la route seul à pied sans que je puisse le rattraper pensant qu’il partait pour de bon en me plantant là. Il finit par revenir, j’avais préparé, tranquille malgré tout, le camp de nuit dans la grotte en question. Nous n’avions plus le choix. Au moment où je commençais à m’endormir un flyer vint m’attaquer, il me sembla plus petit celui-là. Cette fois j’eus le réflexe de le combattre corps à corps avec la même rapidité, après quoi je fus quand même sur mes gardes jusqu’au petit matin. Croyez-moi un corps à corps comme celui-là on le fait pour se sentir plus fort et c’est vraiment ce qu’on ressent. Un chien au loin aboyait et avait empêché mon ami de dormir. En lui posant la question : c’est quoi cette bestiole qui vient de m’attaquer ? Il me répondit placidement : je n’en sais rien ! C’était pourtant lui le chamane ?!


Depuis quelques années et après avoir accumulé les expériences j’ai quitté cet ami sachant maintenant grâce à Sand et Jenaël qu’il y a un un karma Transdimensionnel à dépasser. Cet ami me harcelait pour que je redevienne chamane ; je me laissais humiliée en acceptant des situations qui me menaient au désastre. La culpabilité n’était pas encore dépassée à l’époque.


Aujourd’hui je me pose des questions sur la présence des hologrammes qui ont jalonné ma quête de sens. Sont-ils technologiques ou naturels d’esprit à esprit ? Et si c’est le cas pourquoi et de quelle origine ?


A bientôt

Doris





Extrait n°3



Je me suis rappelée ma première rencontre avec une masse grise la nuit début des années 90. Elle avait la forme d’une amande (sexe féminin). Cela flottait devant moi sans s’animer, un flyer ferait autrement. Cela piquait seulement ma curiosité : « tiens qu’est-ce ? » pensais-je. Alors je vis à travers elle passer tous les accidents de voitures que j’avais eus et qui n’étaient que des suicides inconscients qui survenaient après chaque séparation avec des compagnons de route. Cette amande représentait aussi ma mère qui me mit au monde sans le vouloir et mon père qui fit la grimace en voyant une fille. Ma mère lui annonça ma naissance en me donnant le nom du garçon ! De quoi avait-elle peur ? Je devais m’appeler Patricia ! Mais qu’importe tout devait être alors parfait pour la suite. 


A l’époque je crois qu’on m’attendait déjà au monastère que j’ai fréquenté car y vivait un grand maître tibétain de méditation, qui ma foi il faut le dire était capable de miracles d’esprit à esprit. Les miracles ne se font plus de l’extérieur ! Je commençais donc à me réveiller car ma maison n’était pas loin de son énergie. Cet être vint me rencontrer dans mon sommeil 20 ans avant que je le rencontre en chair et en os tel qu’il serait en vieillard dans ce monastère tout près de chez moi. Je dus le reconnaître par la suite. 20 ans avant cette rencontre je le vis intervenir dans une vision de nuit où il me demandait de passer à travers un voile gris avec un signe de sa main. Je ne pus passer derrière le voile à sa suite mais je ressentis tout l’affectif qui pesait sur mon être et compris qu’il fallait aller au-delà. Cette vision m’avait impressionnée, je la considérais à l’époque comme un rêve, quelque chose d’imaginaire mais chouette aussi je le gardais précieusement en mémoire. Sa présence 20 ans après le rêve avait été le déclenchement de la vision des accidents suicides. Il était clair que j’étais dans l’attachement affectif et qu’il fallait que j’en sorte. Le fait de voir les choses en face était déjà de la guérison. Je sais que j’aurais pu être une bouddhiste accomplie mais le jour où j’arrivais devant le maître en question il me fâcha dans sa langue que je ne comprenais pas. Je ne le reconnus qu’un mois après alors qu’il revêtait le même vêtement que je lui avais vu porter dans mon « rêve ». Il mourut 6 mois après cette rencontre. Ce que je peux dire c’est que ces êtres sont bien venus aider l’humanité car le fait de montrer le chemin allait se répandre autour de nous. Je l’ai rencontré au début des années 90. Cela me met souvent dans la mélancolie lorsque j’entends des personnes réfuter le bouddhisme. Il faut savoir qu’il y a aussi dans ces mouvements en « isme » de véritables initiés.


Doris.