Jenaël

 

– Est un pseudonyme qui correspond à l'anagramme de "Jean" et du suffixe "ël" qui désigne l'Ange, autrement dit la Supraconscience à laquelle j'ai le plus en plus accès aujourd'hui –.

 

Né en Alsace en 1961, j'ai peu de souvenirs d'enfance, sauf ceux que mes parents m'avaient raconté ou alors quelques moments forts de mon apprentissage des "mœurs humains" lors de ma préadolescence. Je me rappelle notamment, avoir été très affecté par ma première et brutale séparation d'avec Cathy une amie de l'école maternelle, perdue de vue soudainement lorsque nous avons déménagé.

 

Mes parents m'appelaient Jacky. C'était le prénom du frère décédé de ma mère. Mais à l'époque, j'ignorai que ce ne n'était pas mon véritable prénom. Je l'ai appris à mes dépends bien plus tard lorsqu'à 9 ans, mes parents m'ont fait établir une carte d'identité au prénom de Jean-Jacques à l'occasion de mon premier voyage scolaire.

 

Mes camarades de classe ayant trouvé un prétexte pour se moquer de moi, s'étaient alors empressés de m'inculquer mon nouveau prénom à coup de savates dans les côtes, ricanant et entonnant : "frère Jacques... frère Jacques... dormez vous... dormez vous... sonnez les mâtines...". (Comme nous le verrons ultérieurement, cette chansonnette allait plus de 40 ans plus tard être la clé de certaines résolutions karmiques).

 

Quelques années plus tard, je me souviens particulièrement de plusieurs événements étranges qui se sont produits à l'âge de 14 ans, période charnière de ma vie.

Un soir en partant de chez un ami pour rentrer à mon domicile, je discutais quelques instants encore avec lui en bas de l'escalier de la maison où il habitait. Pendant qu'il me parlait, je perçus brusquement deux sphères rouges-orangées de la taille d'un petit melon, tournoyer à une distance indéfinissable au-dessus de son épaule gauche.

– "Qu'est-ce que c'est que ça !" m'écriais-je en lui montrant du doigt les deux sphères. Il se retourna et me répondit :

– "Qu'est-ce qu'il y a ? Je ne vois rien !"

– "Comment ça tu ne vois rien ? Ne vois-tu pas les deux grosses boules oranges ?" que je désignais à nouveau avec mon index. "Là, au-dessus du mur du cimetière !" insistais-je.

 

De toute évidence il ne voyait absolument rien. De plus, il me rétorqua :

– "T'es devenu zinzin ou quoi ? Ton imagination te joue des tours".

 

Sur le chemin de la maison, les boules toujours par deux, apparurent et disparurent à plusieurs reprises. En montant les escaliers de la résidence familiale, elles m'ont même "salué" en dessinant des figures géométriques dans une sorte de chorégraphie accélérée, puis ont disparu à une rapidité fulgurante vers l'horizon.

 

 

Quelques mois plus tard, je vécus une autre expérience bizarre mais d'un nouveau genre. Mes parents qui préparaient le repas de midi, m'avaient chargé de porter des épluchures de légumes sur le compost au fond du jardin. Pour cela, je devais descendre l'escalier de la terrasse qui longeait la cuisine. J'avais tellement l'habitude de le dévaler quatre à quatre, qu'un jour ce qui devait arriver arriva !

Je trébuchai et curieusement, je pouvais contempler mon corps qui tombait au ralenti pour s'immobiliser en contre bas sur la dalle en béton. Ma conscience s'était détachée du corps tandis que je distinguais la scène du haut de l'escalier. Dès le début de la chute, "je" me suis vu clairement sortir par la nuque puisque je pouvais distinguer mes cheveux et l'étiquette à l'encolure de mon pull. À peine ai-je eu le temps de réaliser ce qui venait d'arriver, que soudainement je me suis vu projeter en avant et à nouveau, me suis vu réintégrer mon organisme comme s'il était aspiré au travers de la nuque.

 

De retour dans mon corps, j'entendais vaguement au loin ma mère qui m'appelait (en réalité elle n'était qu'à trois mètres au-dessus de moi, la fenêtre de la cuisine ouverte mais elle ne pouvait pas me voir). Je ne ressentais aucune douleur mais je tremblais de tout mon être du choc et de l'incompréhension de ce qui venait de m'arriver. Je rassemblais alors mes esprits pour finalement aller jeter les épluchures qui heureusement, étaient restées emballées dans le papier journal. Une nouvelle fois, j'entendais ma mère qui s'impatientait et me sermonnait par la fenêtre me demandant pourquoi je prenais autant de temps pour faire cette petite course.

(J'ai compris quelques années plus tard, qu'il s'agissait-là de ma première sortie hors du corps qui apparemment a semblé durer près de cinq minutes.)

 

Après cet incident étrange, un autre phénomène du même genre a profondément changé le cours de ma vie quelques mois plus tard. (Mais là aussi, je n'en ai compris le sens que bien des années plus tard.)

C'était un jour d'automne, mes parents me confiaient la tâche de démonter les cordages de la balancelle de jardin et de les ranger à l'abri pour l'hiver. De facture artisanale, elle était constituée d'une épaisse planche en chêne, attachée à un portique métallique par deux grosses cordes en nylon terminées par deux mousquetons. À coté de la balançoire était suspendue une autre autre grosse corde de chanvre, terminée elle aussi par un mousqueton. J'ai donc grimpé à cette dernière comme j'avais l'habitude de le faire afin de pouvoir décrocher d'une seule main, les deux autres mousquetons de la balancelle.

Au moment même où elle tomba sur le sol, la grosse corde à laquelle j'étais suspendu se sectionna net à hauteur de mes yeux, juste sous le mousqueton. Chutant alors de tout mon poids sur la grosse planche en chêne, je sentis très rapidement une vive douleur au milieu du dos. Mais impossible de respirer, j'avais le souffle coupé. L'air ne parvenait plus à mes poumons. Un voile se forma rapidement devant mes yeux et je commençais à me sentir flotter au- dessus de mon corps.

Quelques instants après, je voyais clairement mon corps suffoquant étalé au sol, tandis que ma conscience était comme restée suspendue au-dessus du portique. Je compris alors que j'étais en train de mourir et que cela m'était presque agréable. Toute émotion avait disparu, je ne ressentais aucune peur ni angoisse ou tristesse. Je n'avais même plus de sensations, ni douleur, ni notion du temps... Seule une impression de plénitude subsistait dans ma conscience. Cet état suspendu hors du corps a duré un temps indéfinissable.

Progressivement malgré cette sensation d'intemporalité, je sentis approcher par ma droite, une forme d'énergie tournoyante qui me semblait familière. Cette énergie, telle une subtile et délicate danse, fusionna alors avec "moi" dans ma conscience. En s'amplifiant graduellement, elle vint alors pour ainsi dire à se fondre peu à peu avec le "Je que j'étais" auparavant.

Subitement mon corps toujours gisant au sol pris une grande inspiration. Ma nouvelle "énergie-conscience" comme aspirée par une sorte d'éclair tourbillonnant, s'y est littéralement engouffrée pour devenir un nouveau "JE".

 

C'est ainsi que cet autre "JE" s'est retrouvé incarné dans le corps de Jean-Jacques, alors âgé de 14 ans suite à cet accident domestique. 1

 

(1- Il est difficile de trouver les mots appropriés pour décrire toutes ces sensations, néanmoins je le raconte tel que je m'en rappelle. Je suis en mesure de rapporter ces deux expériences car ma conscience est capable de puiser dans les souvenirs de la vie de l'être qui habitait le corps auparavant. Lorsque mon Âme a pris possession de sa nouvelle incarnation, elle a continué à vivre le quotidien du corps de Jacky, tout en se réappropriant son histoire. Je sais aujourd'hui que ce phénomène de transfert d'Âmes se nomme Walk-In.
Mon Âme actuelle est entrée dans ce corps au moment d'une expérience de mort imminente (N.D.E,) libérant ainsi l'Âme qui y était incarnée précédemment.

J'ai bien conscience aujourd'hui que Jacky – le "JE" qui était sorti du corps à ce moment-là –, a laissé la place à un autre "JE" qui est l'actuel Jenaël. Et je sais aussi que le "Jacky" était la réincarnation du frère décédé de ma mère. Jenaël représentant l'Êtreté, l'Ange ou le Soi supérieur à la fois de Jacky et de Jean-Jacques.)

 

 

Il m'a fallut quelques minutes pour recommencer à bouger et retrouver mes sens. J'entendais cette fois-ci encore au loin, mes parents exprimer leur impatience. Surmontant la douleur, j'ai rampé jusqu'au bas de l'escalier. Incapable de me redresser, je l'ai gravi tout doucement sur les genoux. Mes parents dans l'ignorance de mon accident me sermonnaient par la fenêtre de me dépêcher.

Arrivé tant bien que mal au seuil de la porte de la terrasse, je réussis à frapper mais personne ne m'ouvrait. Cherchant mon souffle, j'essayais d'appeler de l'aide tandis que ma mère exaspérée de mon retard, continuait à vociférer. Après de longues minutes mon père ouvra la porte. En me voyant recroquevillé au sol, il grommela et tourna les talons. Je restais ainsi gisant sur le pas de la porte pendant encore un bon moment. Enfin, ma mère se décida à me demander ce que je faisais encore par terre. Le souffle court et peinant à parler, je réussis à lui dire que j'étais tombé sur le dos. Pour toute réponse elle me dit alors :

– "Je n'ai que faire de tes balivernes, tu n'avais qu'à faire attention. Reste couché dans le salon tant que tu as mal."

 

Je me suis alors traîné péniblement dans la pièce d'à-côté. J'y suis resté ainsi pendant trois heures sans que personne ne s'inquiète de quoi que ce soit. Finalement ma mère me demanda sarcastiquement si j'allais mieux. Je suis parvenu avec beaucoup de difficulté à lui exprimer que j'avais besoin d'un médecin en urgence. Ce n'est qu'à partir de ce moment-là, que mes parents ont réalisé que je ne simulais pas et ont fini par appeler les secours. Admis aux urgences, je suis resté hospitalisé et immobilisé durant six semaines dans une coquille, pour une fracture de la dixième vertèbre. 2

 

(2 - Ce n'est que des années plus tard que j'ai compris les raisons pour lesquelles mes parents étaient restés totalement indifférents à mes souffrances durant ces plusieurs heures. Ils ne pouvaient absolument pas "reconnaître" leur fils, puisque qu'ils ne reconnaissaient pas sa nouvelle énergie. C'est ce qui a provoqué cette réaction de rejet de leur part. Ils étaient incapables d'entrer en résonance avec la nouvelle fréquence vibratoire qui émanait de leur fils. J'ai appris par la suite que tout changement brutal d'énergie quel qu'il soit, brouille momentanément l'esprit et occulte les réactions logiques que devraient avoir normalement les gens. Mes parents sans s'en rendre compte, en ont donc malgré eux fait l'expérience.)

 

 

Pendant mon hospitalisation, sans pouvoir bouger, je me sentais très seul. Je n'avais aucun contact avec l'extérieur et très peu de visite de ma famille. C'est pendant tout ce temps, que j'ai appris à faire connaissance avec ce nouveau corps. J'ai également eu tout le loisir de revoir en boucle la scène de l'accident. "Pourquoi revoyais-je toujours cette corde se rompre d'un coup sec ?" m'interrogeais-je.

 

Même durant mes rêves, ce détail de l'accident me revenait sans cesse. Cette corde s'était sectionnée net à la base du mousqueton alors qu'elle était neuve. Qu'avais-je à comprendre ?

Il n'y avait aucune raison tangible qui pouvait expliquer pourquoi elle s'était rompue de cette façon.

La réponse me fut aussi donnée seulement des années plus tard. La corde ne s'était pas cassée mais avait pour ainsi dire été "délibérément rompue" afin que la conscience du Jacky puisse laisser place à celle de Jean-Jacques. La conscience du nouveau "JE" de Jenaël, n'est autre que l'Êtreté transdimensionnelle des deux.

 

***

 

Après ces deux expériences fortes dans ma jeunesse, je me souviens aussi avoir été affecté par une éducation laïque et religieuse très stricte et quasi-dictatoriale.

 

À cette époque, l'instruction des enfants se faisait encore à coup de punitions et récompenses, même au catéchisme. Je me rappelle ainsi d'un événement qui s'est passé lors de ma communion solennelle, puisque j'ai été élevé dans l'austère tradition catholique des années 1970. Lors de la préparation à ce sacrement, mes camarades de classe et moi étions contraints d'effectuer une retraite de sept jours dans un monastère. Durant ce temps, chacun de nous devait dessiner un symbole représentant le sacrement de la communion.

J'avais donc gribouillé de façon complètement désinvolte et désintéressé, un petit bateau de pêche à voile carré, voguant sur la mer. Sous le bateau, j'avais représenté un gros poisson stylisé nageant vers la gauche et un banc de petits poissons allant vers la droite.

À l'époque, je n'avais aucune idée de ce qui m'a poussé à faire ce croquis, si ce n'est qu'une pointe de "je-m'en-foutisme".

 

Arrivé au jour de la grande cérémonie, l'église était bondée. L'évêque, invité d'honneur de la paroisse, officiait en compagnie d'une bonne dizaine de curés, de prêtres et autres personnages en aubes. Au moment de la distribution des hosties, il s'avança vers l'autel en feuilletant les fameux dessins et fit passer de main en main dans un chahut contenu, l'un des dessins au groupe de prêtres. Puis il chuchota quelque chose à l'oreille du curé de la paroisse. Celui-ci se retourna, me désigna alors de son index et me demanda d'avancer jusqu'au milieu du chœur de l'église. Déconfit et pris d'une panique intérieure, je m'attendais à des remontrances. Mais l'évêque posément, se coiffa de sa mitre et se tourna vers la foule pour lui annoncer la bonne nouvelle du jour. J'avais été désigné en ce jour de grande fête pour distribuer la communion aux paroissiens. Devais-je prendre cela comme une punition ou comme une gratification ? Ce n'est que quelques jours plus tard que je compris que j'avais été récompensé de mon dessin et que c'était à partir de ce jour-là, que le prêtre avait était autorisé par l'évêque à inviter des "fidèles méritants" à distribuer l'eucharistie dans la paroisse.

Cependant je n'avais toujours pas d'explication quant au sens de cette cérémonie et du rôle que j'avais joué. Tout m'apparaissait comme une divertissante fanfaronnade, un ridicule carnaval empreint d'hypocrisie et d'occultisme mais toutefois, j'avais bien compris que mon dessin symbolique avait déclenché quelque chose dans l'assemblée.

 

Quelques temps plus tard, le curé m'avoua sans vouloir me préciser davantage, que l'évêque avait choisi mon dessin parce qu'il m'avait reconnu. Il prétendait savoir qui j'étais. Mais reconnu de quoi ? Que cela voulait-il dire ?

La réponse m'a été donné en 2008 lors d'une méditation, où mon Ange me révéla que cet évêque était un haut initié d'un ordre mystique secret, et qu'il avait reconnu à travers mon dessin, la signature de mon "Êtreté". J'avais aussi à ce moment-là reçu mes premiers flashs provenant d'autres vies, où je m'étais vu habillé en moine habitant une cabane dans une forêt de sapins avec comme seul compagnon un âne. D'autres visions m'ont montré évêque dans une ville, où des maisons à colombages entouraient une cathédrale. Était-ce un hasard ?

 

Ces trois épisodes de ma vie de pré-adolescent m'ont fortement marqués. Je savais déjà à ce moment-là que j'étais différent des autres. J'ai grandi douloureusement formaté par ma vie de lycéen puis par les études, la vie sociale et familiale. Incompris mais obligé de me soumettre à l'autorité de mes parents et aux certitudes de mes proches, j'avais tristement conscience de devoir rester superficiel jusqu'à me demander si j'étais vraiment normal.

 

Ainsi dépouillé de mes droits élémentaires d'être moi-même et complètement amnésique de mon Êtreté, arriva un jour : le mariage puis les naissances de ma fille et de mon fils quatre ans après. Comme toute famille traditionaliste convenable, nous avions entamé la construction de notre maison. Évidemment pour ce faire et comme le voulait aussi les us, coutumes et croyances familiales, nous devions nous serrer la ceinture et travailler dur pour y arriver.

C'est ce que je fis alors fier de pouvoir prouver à ma famille, belle famille, parents et enfants que j'en étais capable et que nous allions réussir, devenir des gens respectables. Ce genre de croyances bien ancrées de nos familles étaient largement étayées par le banquier "bien serviable", qui nous a aimablement persuadé de contracter de gros prêts bancaires. Ces fameux prêts à taux zéro et à taux réduits qui ont piégé des millions de foyers dans une spirale infernale de dettes quasi impossibles à honorer.

 

C'est ainsi que j'ai travaillé d'arrache-pied pendant près de 20 ans comme infirmier instrumentiste, dans plusieurs services hospitaliers réputés des plus difficiles de l'est. Puis à partir de l'an 2000, je me suis lancé dans le monde du libéral, pensant que je pouvais mieux y gagner ma vie et rembourser plus facilement les prêts de la maison.

 

 

Malgré la dureté de ce métier, j'y mettais toute mon énergie et mon savoir faire. Appliqué et consciencieux dans mon travail, j'étais dévoué à mes patients. Conformément à l'image du bon père de famille, j'étais fier de voir que ma petite famille allait pouvoir s'en sortir, se construire une vie bien rangée, à l'abri du besoin et en sécurité dans notre maison à la campagne.

 

***

 

Mais la Vie m'a très vite détourné de mes croyances illusoires, vers des horizons insoupçonnés. Cela a débuté en 2003 alors que je parcourais la campagne avec ma voiture. Je partais faire ma tournée à 6h30 du matin. Souvent le dimanche, j'étais quasi seul sur la route à cette heure matinale et évidement, les tournées étaient un peu allégées.

 

Un jour, je fis une curieuse observation. Alors que je contemplais le ciel, je vis trois avions qui laissaient derrière eux de grandes traînées blanches anormalement longues et tenaces. J'ai pu les observer ainsi durant plus de deux heures à quadriller le ciel, tout au long de ma tournée. Le dimanche suivant, j'observais cette fois-ci ces traînées plus au sud, puis le week-end d'après à l'ouest, sans à ce moment-là me questionner davantage sur ce phénomène.

 

 

Comme je travaillais la semaine en alternance avec ma collègue et que notre clientèle couvrait une vingtaine de communes, je me suis aperçu d'une recrudescence de cas de rhino-pharyngites et de grippes, curieusement circonscrits dans certains villages. J'avais intuitivement et rapidement compris que ces deux phénomènes pouvaient être liés et j'entrepris alors des recherches sur internet.

Effectivement, de nombreux cas d'épandages chimiques par avion à haute altitude étaient déjà signalés, mais seulement aux États-Unis et dans quelques autres pays très éloignés. Les chemtrails étaient encore inconnus en France.

 

En poursuivant mes investigations, j'appris que certaines grandes firmes pharmaceutiques étaient soupçonnées de financer ces opérations de géo-ingénierie.

J'en avais donc déduit que quelque chose d'anormal était en train de se produire. Bien sûr en questionnant des collègues ou des médecins que je rencontrais dans le cadre de ma profession, personne ne semblait être renseigné de quoi que se soit. La plupart me prenaient plutôt pour un fou délirant et imaginatif qui pour la première fois, avait vu un avion.

 

Cependant mon ressenti avait déjà flairé la tromperie ! Comme pour étayer mes intuitions, j'ai été confronté quelques mois plus tard à d'autres circonstances qui ont renforcé cette idée de conspiration à grande échelle et qui à mes yeux devenait de plus en plus évidente.

En entrant dans l'hiver, la presse médicale faisait éloge de ces fameux vaccins anti-grippaux que les médecins prescrivaient à tours de bras. Notre clientèle, qui représentait en moyenne vingt cinq personnes à consulter journellement, était de ce fait bien "arrosée" par ces ordonnances vaccinales. Bien évidement, le rôle d'administrer les vaccins était délégué aux infirmiers. J'avais donc à l'époque tout comme ma collègue, procédé à ces injections, convaincu de leurs bienfaits. Néanmoins en l'espace de quelques semaines, la quasi totalité des patients ainsi vaccinés étaient tombés gravement malades, victimes d'infections diverses et sévères. Huit d'entre eux, alors qu'ils venaient de prendre la retraite et qui de ce fait avaient bénéficié de la gratuité vaccinale, sont décédés très rapidement.

 

Là encore à l'affût des indices conspirationnistes, j'ai été le témoin privilégié de ce "complot médical" qui allait se révéler bien des années plus tard, à travers les médias alternatifs. Peu à peu, je commençais à ouvrir les yeux et à comprendre.

 

Une autre fois, je pris en charge une personne âgée pour soigner son énorme ulcère de jambe qu'elle traînait de puis six mois déjà. Le médecin lui avait prescrit des soins de pansements hydrocolloïdes stériles, à raison de trois fois par semaines. J'avais donc suivi cette prescription pendant un mois sans obtenir la moindre amélioration de son état de santé. Je décida alors d'utiliser la bonne vieille méthode du pansement à l'argile. En l'espace de deux semaines, la plaie s'était résorbée de trois quart et les résultats spectaculaires avaient enchanté la mamie.

Mais comme le médecin passait toutes les deux semaines pour soi-disant vérifier l'état de la plaie, il s'est rendu compte un peu tard du résultat spectaculaire du traitement et de la quasi guérison de la plaie.

En conséquence, il me téléphona aussitôt pour me sermonner.

– "De quel droit outre passez-vous mes prescriptions ! L'argile ne rentre pas dans le cadre d'une prescription médicale. Je vais devoir signaler votre insubordination aux autorités médicales".

Je lui fis remarquer à juste titre que ce genre de pansement faisait partie du rôle propre de l'infirmier. Il ne voulait rien entendre. Évidement, je savais à l'époque que certains représentants de laboratoires pharmaceutiques soudoyaient grassement les médecins peu scrupuleux afin d'augmenter leurs chiffres d'affaires, mais je savais aussi que certains médecins n'hésitaient pas à facturer des visites à domicile absolument injustifiées.

 

Lorsqu'en signalant mes morbides découvertes à l'ordre des médecins, j'ai été renvoyé dans mes cordes en me sommant de m'occuper de ce qui me regarde. Les hautes instances médicales et sanitaires auxquelles j'avais fait l'erreur de signaler mes observations, m'ont alors affublé d'un blâme et d'une interdiction partielle d'exercer, me commandant strictement de respecter la prescription médicale et de me cantonner uniquement à mon rôle propre d'infirmier.

 

***

 

Voilà comment j'ai commencé à m'extirper de mon long sommeil et de l'illusion de ce monde corrompu. Et c'est lorsque que j'ai découvert les dessous de la mafia médicale que ma vie a basculé. Maintenant que je savais, je devenais incapable de faire semblant, de mentir à mes patients et de continuer à travailler comme si de rien était.

En Âme et conscience, j'ai alors démissionné de mon métier d'infirmier et détruit tous mes diplômes.

 

Pour mes proches j'étais devenu un tire-au-flanc, un incapable, un lâche et un utopiste. Mon épouse Solange, aveugle et ignorante de ce que je vivais et dans l'incompréhension totale de mon subit changement de caractère, était incapable de me comprendre et encore moins de me croire. Pour elle aussi, c'était la dégringolade dans les tréfonds de la dépression. Elle demanda le divorce et emporta avec elle nos enfants dans son monde d'illusion.

 

Ce divorce à "l'amiable" m'ouvrit également les yeux sur les dessous du système judiciaire français. J'ai pu me rendre compte de ses dérives, de la corruption qui y régnait et de la mascarade que jouaient ces hommes et ces femmes, qui cette fois-ci étaient en robes noires. L'avocate de la partie adverse était franc-maçonne. (Je l'ai appris par hasard quelques années après le divorce). Bien mal m'en pris puisque elle a réussi à me faire déposséder de tous mes droits familiaux et sociaux, saisir mon compte bancaire et brouiller le discernement de mon ex-épouse. Nos enfants, encore jeunes à l'époque, étaient incapables de comprendre les enjeux de notre séparation. Manifestement, ils n'en ont toujours pas conscience aujourd'hui, détournés de la vérité par leur mère et la famille.

 

***

 

 

Un peu avant cette période de divorce très difficile, j'ai vécu mes premières expériences mystiques. La première s'est produite lors de l'ouragan du 26 décembre 1998. Durant tout le temps que soufflait la tempête, j'étais contraint à l'immobilité, terrassé par une très forte fièvre. Tandis que les toitures des maisons voisines s'envolaient une à une, je grelottais de froid, impuissant, incapable de tout mouvement. Mais quelque chose, je dirais une sorte d'intuition, me laissait percevoir que je ne devais même pas essayer d'agir. Je devais simplement faire confiance.

Le lendemain après la tempête, ma fièvre avait disparu. En jetant un coup d'œil sur la toiture de notre maison pour évaluer les dégâts, alors que les habitations environnantes présentaient de sérieux dommages, la notre était restée intacte !

 

Par cette expérience, j'ai pu réaliser de quelle façon pouvait se manifester la guidance de mon Ange gardien. (Je relate les détails de cette expérience dans "Dialogue avec mon Ange N°26").

 

Les quelques temps précédant notre divorce, je pleurais fréquemment. Un jour, me promenant seul dans la campagne jouxtant le village, je me surpris à parler à haute voix. J'étais en train de m'adresser à l'invisible, en suppliant que l'on vienne m'aider. Un certain moment entre deux sanglots, j'ai hurlé de désespoir :

– "Si quelqu'un m'entends, j'ai besoin d'aide !"

Effectivement, quelqu'un m'avait entendu ! Je m'en suis aperçu quelques jours plus tard alors que j'étais assis au pied d'un sycomore.

Dans mes pensées, je posais des questions existentielles quand soudain quelque chose comme une petite voix dans ma tête me répondit.

"Ça alors qui me parle ?" me demandais-je. J'entendis :
– "Je te parle."

À l'époque, je ne saurais dire pourquoi, je pensais très souvent à Christine, la fille des amis de mes parents, décédée en 1987 d'une leucémie foudroyante. "Peut-être était-ce elle qui me parle depuis l'au-delà ?" me questionnais-je.

 

J'avais rencontré une ancienne collègue de travail qui racontait qu'elle avait déjà vécu des expériences avec des personnes décédées. Je lui avais expliqué qu'à certains moments, une voix dans ma tête me parlait et répondait même à mes questions. Elle me conseilla donc de m'acheter un pendule et m'expliqua comment m'en servir. Quelques jours plus tard, je me retrouvais à nouveau au pied du sycomore muni de mon pendule.

 

Je m'étais fabriqué un petit tabouret avec trois pierres calées contre le tronc de l'arbre et m'y étais assis cérémonieusement. En lançant le mouvement du pendule et en me centrant, je lui ai demandé :

– "Christine, est-ce toi ?"

Le pendule me répondit : "Oui"

Bizarrement, j'entendais également cette affirmation dans mes pensées !

"Ça alors, ça l'air de fonctionner !" me disais-je.

– "Est-ce vraiment toi ?"

Le pendule une nouvelle fois me répondit : "Oui"

"Cette fois-ci, je vais lui poser une question piège pour voir ce qu'il va me répondre" pensais-je.

Je cherchais donc une question tordue et là encore, je ne saurais dire pourquoi je lui demandai :

– "Est-ce-que les extraterrestres existent ?" Le pendule me répondit : "Oui"

– "Est-ce-que j'en ai déjà vu ?" (Je me rappelais des deux boules oranges qui me suivaient en rentrant à la maison.)

Le pendule me répondit : "Oui"

– "Est-ce-que j'en verrai encore ?"

Le pendule me répondit : "Oui"

– "Est-ce-que j'en verrai bientôt ?"

Le pendule encore me répondit : "Oui"

– "Est-ce-que j'en verrai encore aujourd'hui ?"

Évidemment, le pendule une nouvelle fois me répondit : "Oui" puisque dans mes pensées cette réponse était déjà très distincte.

 

"Cette fois s'en est trop ! Tout ça, n'est que sottise ! " pensais-je furieux de m'être laissé berner.

J'ai rangé le pendule dans la poche de mon pantalon et suis parti me dégourdir les jambes. Arrivé à la maison, Solange était rentrée du travail. Je n'avais pas envie de l'affronter une nouvelle fois puisque à ce moment-là, notre relation conjugale était déjà fortement compromise.

Je me suis alors installé sur un gros rocher qui jouxtait la maison et regardait les nuages qui passaient au dessus de moi. Dans mon champ de vision, je voyais parfois un oiseau filer à toute vitesse. Puis je remarquais que lorsque je laissais vagabonder mon regard vers le ciel, je percevais des centaines de particules luminescentes tournoyer dans tous les sens devant mes yeux. (À ce moment-là, j'ignorais encore qu'il s'agissait du prana ou de ce que la physique nomme des tachions).

 

J'étais allongé depuis un certain temps déjà lorsque le ciel commença à devenir orageux. De gros nuages sombres défilaient rapidement d'ouest en est dans mon champ de vision, sauf un ! "Bizarre, la nature fait parfois de drôles de choses." pensais-je.

 

Effectivement, un nuage tout blanc restait immobile exactement au-dessus de ma tête alors que les autres filaient à toute allure. Il avait une drôle de forme, un peu comme deux ailes d'oiseaux qui se rejoignent dans une symétrie parfaite, sans qu'il n'y ait toutefois de corps. De plus, à l'endroit où se joignaient les formes d'ailes, une continuelle volute de fumée sortait à contre sens du vent. J'étais impressionné par ce que je croyais être les prouesses du vent, jusqu'au moment où subitement, pfitt... le nuage disparut d'un seul coup d'un seul. "Ça alors, c'est vraiment curieux ce truc là !" pensais-je en me relevant.

 

Quelques minutes plus tard, je m'installai à mon ordinateur pour terminer la facturation de mes soins infirmiers. (À cette période-là, je travaillais encore à titre libéral). Un moment donné sur le bord de l'écran, est survenue une publicité pour un site internet où figurait en surligné le mot "paranormal". Machinalement d'un clic de souris, j'ouvris la page. Un autre mot surligné se distingua : "OVNI". Une nouvelle fois, je cliquai sur le mot pour ouvrir la page. Je faillis tomber de ma chaise lorsque apparut sur cette nouvelle page, la photo d'un OVNI qui avait exactement la forme du nuage que je venais d'observer dans le jardin.

 

 

– "Ça alors Christine, tu ne t'es pas foutu de moi !" m'écriais-je dans l'impossibilité de contenir ma stupeur.

 

 

Le lendemain, je n'avais qu'une idée en tête ! Me poser au pied du sycomore et discuter avec Christine. Je parlais donc à voix basse et j'obtenais ses réponses par la pensée. Elle me révéla de cette façon, qu'elle était réincarnée parmi le peuple de l'intra-terre et que le nuage que j'avais vu correspondait effectivement au camouflage d'un de leur vaisseau. Elle m'apprit également comment reconnaître et différentier les énergies ; que j'allais encore avoir d'autres contacts avec des Êtres provenant d'autres dimensions ; et qu'elle m'accompagnerait un bon moment sur mon cheminement spirituel qui d'après ses propos, allait être très spécial. Ainsi à plusieurs reprises pendant les deux premières années où j'écrivais les messages de mon Ange, Christine venait me rendre visite soit pour me rencontrer pendant mon sommeil, soit pour me glisser des messages que je retraduisais tant bien que mal à travers le filtre de ma personnalité.

 

Les conversations avec Christine bouleversèrent ma vie. Comme elle me l'avait prédit, des rencontres avec des Êtres provenant d'autres dimensions se produisirent plusieurs fois durant les 3 ans que dura la procédure de divorce. À quelques reprises, j'ai essayé d'en parler à mes proches mais à aucun moment, quelqu'un n'accorda un quelconque crédit à ce que je pouvais raconter. Christine m'avait prévenu de cela, mais j'essayais tout de même d'en toucher mots à mon épouse. Mais mes propos furent aussitôt retournés contre moi, puisque lors d'un premier jugement de conciliation, son avocate prétexta mon appartenance à une secte pour me retirer mes droits bancaires.

 

***

 

Ma deuxième expérience avec des Êtres provenant de plans invisibles s'est également passée d'une façon assez singulière. J'habitais encore dans la maison familiale, mais Solange et les enfants étaient partis habiter cher la belle-sœur. J'étais donc seul dans la maison.

Un soir après avoir dîner, je fis un curieux malaise. Je me suis littéralement mis à bouillir développant une fièvre de plus de 41°C en l'espace de quelques minutes. Je me suis précipité au lit et me suis allongé nu sur le dos. Pendant de longs moments, je divaguais entre plusieurs "réalités" et des vertiges insoutenables. Au bout d'un certain temps, les étourdissements se sont stabilisés. Je somnolais les yeux mi-clos lorsque je vis apparaître devant moi au bout du lit, une sphère quasi transparente, telle une bulle de savon qui se tenait au dessus de l'armoire de la chambre. En ouvrant les yeux, cette fois-ci je vis dans la sphère un visage qui semblait m'observer.

"Il a une bonne bouille" ai-je pensé à ce moment-là.

 

Subitement, je réalisai ce que je venais de penser. Il y avait effectivement quelqu'un dans cette bulle. Un visage sympathique et rondouillard me fixait. Il avait de grandes oreilles décollées, des yeux tout ronds, l'arrête du nez très court et complètement aplatit. Il semblait porter une perruque tant ses cheveux étaient blonds et crépus.

– "Qui est-tu ?" hasardais-je en fixant la bulle.

Du haut de son perchoir, le petit "Être" avait l'air surpris.

– "Mais... comment peux-tu me voir ?" semblait-il me répondre.

Étrangement, je sentis quelque chose dans mes pensées qui semblait traduire ses propos.

– "Sommes-nous en train de faire de la télépathie ?" le questionnais-je alors.

– "En quelque sorte" me répondit-il à travers mes propres pensées.

Il m'expliqua que normalement les gens ne peuvent voir les Êtres comme lui, mais que eux peuvent nous observer car ils évoluent dans une autre dimension invisible à l'humain.

– "Ils sont d'ailleurs là pour ce faire", me précisa-t-il.

– "Ah bon, mais comment cela se fait-il que je puisse te voir ?" lui demandais-je. Il fit mine de réfléchir, puis me raconta :

– "Lorsque tu as brusquement développé cette poussée de fièvre, tes champs d'énergie sont devenus quelque peu poreux en se dilatant. J'ai été pour ainsi dire capturé dans tes champs d'énergie. Et puisque ceux-ci sont ta propre manifestation, j'ai pénétré ton champ de perception. Tu peux donc me voir.

– "Je n'ai pas bien compris ton explication" lui avouais-je.

– "Ce n'est pas grave, tu comprendras plus tard" me répondit-il alors.

Il me raconta aussi qu'il était mandaté pour rendre compte de l'évolution de certains humains à une alliance d'Êtres galactiques, qui sont en quelque sorte chargés de veiller sur la Terre.

– "Peux-tu me dire si tu portes un nom ?" lui demandais-je. Il fit mine de réfléchir puis me dit :

– "Dans ta langue, tu peux m'appeler ECK" me répondit-il.
À cet instant, la sphère commença à bouger. Je sentais qu'il allait disparaître.

– "Comment puis-je être sûr que je n'ai pas rêvé ?" le questionnais-je.

 

– "Tu en auras la preuve demain !" me répondit-il avant de s'évaporer dans la poutre du plafond.

"ECK... ? ECK... ? Que cela pouvait-il signifier ?" m'interrogeais-je.

Tout à coup je me rendis compte que ma fièvre s'était estompée. J'eus la présence d'esprit de me précipiter à la fenêtre. Il faisait nuit clair et il y avait juste un petit nuage tout blanc au dessus de la maison. Je lui ai fait signe de la main et pfitt... il disparut.

 

Le lendemain matin, je partis faire ma tournée d'infirmier. Il était 6h30 du matin et comme tout les dimanches à cette heure-là, il n'y avait personne sur la route. En arrivant dans le premier village, j'ai failli refuser un céder le passage mais fort heureusement, je m'en suis rendu compte au dernier moment. Une voiture venait de débouler à vive allure par ma droite. En la laissant passer, j'ai brièvement vu sa plaque. Elle était immatriculée ---ECK 67.

Mon corps se mit à trembler et je fondis en larmes. Je n'avais pas rêvé !

 

 

***

 

Une autre fois lorsque Solange et moi faisions chambre à part, je dormais dans celle de mon garçon. Je venais de me réveiller, la clarté matinale perçait déjà à travers les volets, quand tout à coup écarquillant les yeux, je repérais dans la pénombre au niveau du pied du lit, une immense créature avec une énorme tête en forme de ballon de rugby qui semblait me fixer sans bouger. À travers les traits de lumière qui filtraient des persiennes, son profil gauche laissait apparaître un immense œil jaune orangé de forme oblongue à pupille verticale. Elle ne possédait pas de pavillon auriculaire, mais une petite rangée d'écailles garnissait l'arrière de son œil. Cette créature ressemblait à un lézard debout, habillé d'un vêtement très ample. Sa tête paraissait recouverte de fines écailles. Sa silhouette d'un vert sombre dépassait largement dans le plafond et au vu de sa taille, probablement aussi dans le plancher.

 

Je suis resté bouche-bée devant ce spectacle qui dura une dizaine de seconde. Une première fois, l'Être debout devant moi bougea légèrement. Je me surpris à ne pas avoir peur, curieusement sa présence m'était rassurante, voir même familière !

Plusieurs fois, j'ouvrais et refermais les yeux et remarquais que la chambre disparaissait lorsque j'avais les yeux fermés et réapparaissait les yeux ouverts. Mais cet Être reptilien quoi que je fasse, je le voyais toujours !

Cependant, tellement subjugué par l'énergie féminine de douceur qu'il dégageait, je n'eus pas la présence d'esprit de lui poser de question.

Évidemment, je ne ressentais aucune peur car cet Être ne me voulait aucun mal et me le faisait ressentir. Ainsi pendant les quelques instants où il était resté auprès de moi, j'ai pu apprivoiser et mémoriser son énergie très particulière. Il bougea une nouvelle fois, puis disparut dans le mur de la chambre.

 

Quelques temps après, j'avais établi ce croquis d'après mes souvenirs sans savoir encore à ce moment-là, quel était cet Être non humain venu me visiter. Je l'ai seulement appris en 2008, lorsque j'ai découvert une photo d'une Amasutum dans les ouvrages d'Anton Parks.

 

 

***

 

À peine trois semaines plus tard dans cette même chambre, le réveil venait de sonner pile 6h30. Je m'apprêtais à m'asseoir dans le lit pour poser mes jambes sur le sol, lorsque brusquement sortant de la pénombre, j'aperçus deux personnes de dos que j'ai d'abord pris pour mon frère et ma mère. Lorsque j'ai commencé à me soulever sur mes coudes, ils se sont retournés et ont changé d'apparence. De frère et mère, ils se sont métamorphosés en deux personnages chauves, l'un un peu plus grand que l'autre, vêtus tous deux d'une espèce de longue chasuble.

 

 

Ils se sont alors dirigés vers moi et d'une pression très douce mais ferme sur mon thorax, m'ont plaqué sur le lit. L'un d'eux a doucement posé sa main sur ma bouche pour m'éviter de crier. J'étais alors devenu incapable de bouger et ne pouvais que tourner très légèrement la tête. J'entendis alors dans mes pensées : – "Ne t'inquiète pas tu es en sécurité, essaye de ne pas de bouger".

 

Sur ce, je vis une espèce de boule ronde dont le support semblait coulisser et descendre du plafond. Elle s'arrêta à hauteur de mes yeux, à environ deux mètres de moi. Brusquement, ce qui ressemblait à un objectif d'appareil photo devint proéminent de cette sphère et s'ouvra sans aucun bruit. Des rayons violets tels des lasers, fusèrent de manière stroboscopique de l'appareil et curieusement alors que j'avais les deux yeux ouverts, inondèrent uniquement mon œil gauche. Tout cela a duré environ une vingtaine de secondes.

 

Durant tout ce temps, je fus entièrement paralysé mais conscient de ce qui se tramait. Pendant que j'essayais de percevoir des détails, je pouvais me rendre compte que les murs de la chambre rectangulaire où je me trouvais, se confondaient parfois avec une paroi très lisse où les coins étaient arrondis. Le lit lui aussi ne paraissait pas toujours être mon lit, mais ressemblait parfois à une table chirurgicale.

 

Au bout d'un moment, la mitraillade de ces rayons stroboscopiques s'arrêta puis la boule disparue très rapidement dans le plafond, en coulissant le long de son support.

Sur ce, les deux Êtres que je ne voyais déjà plus mais dont je ressentais encore la pression sur mon thorax, me relâchèrent. J'ai essayé de crier mais rien, pas un son ne sortait de mon gosier.

Après quelques minutes, je bondis hors de la chambre et fonça dans la salle de bain pour me regarder dans un miroir. Aucune trace de cette opération n'était visible mais je ne voyais absolument plus rien de l'œil gauche. Il ne subsistait dans mon champ de vision qu'un voile violet qui disparut assez brutalement une heure plus tard.

(Durant longtemps, je ne sus ce qui m'était arrivé ce jour-là. Cela m'a été révélé bien plus tard lorsque je fus capable de l'entendre. Christine m'avait prédit que mon cheminement spirituel et personnel allait être très spécial car ma conscience n'était pas seulement humaine.)

 

L'année du divorce, les visites d'Êtres provenant d'autres dimensions se sont un peu espacées et sont pour ainsi dire devenues moins spectaculaires. Par contre, par après, j'ai vécu des expériences insolites pour me rappeler qu'Ils étaient toujours présents, même dans des moments où l'on ne s'y attend le moins.

 

Voici alors, quelques unes de ces histoires insolites qui me sont arrivées au fil des années. Certaines d'entre elles sont reprises pour illustrer les dialogues.

 

***

 

"Yeshua et la tablette d'argile"

 

Quelques mois après cette étonnante histoire, je me couchais à nouveau avec une forte fièvre. Me tournant et me retournant dans mon lit, il m'était impossible de m'endormir.

Un moment donné, se forma devant mes yeux une sorte d'écran circulaire aux contours indéfinis. Puis je voyais se répéter en boucle, une scène dans laquelle j'étais impliqué mais qui avait lieu dans une autre vie.

J'étais un jeune homme qui descendait un escalier tournant à droite, taillé dans la roche d'une dizaine de marches. Ce dernier aboutissait sous un abris formé d'une pergola recouverte de genêts secs et d'un seul pan de mur en pierre. Quelques maisons constituaient les habitations de notre petite communauté. Le paysage environnant très sec et sablonneux était piqué ça et là, de quelques cyprès et pins maritimes.

 

J'étais le plus jeune du groupe. Nous étions réunis autour d'une table en bois et celui qui m'apparaissait être "Yeshua", était assis au milieu de nous, nous enseignant et racontant des récits de ses incarnations précédentes. Il nous parlait des autres mondes et des Êtres qu'il était allé visiter. Il les appelait nos frères du passé-futur. Lorsqu'il était parmi nous, il était âgé d'une vingtaine d'années au plus et portait ses cheveux en queue de cheval. Détail curieux pour retenir sa chevelure, il utilisait en guise d'attache, une sorte de diadème métallique à mémoire de forme, cerclé d'une petit lanière de cuir qu'il pouvait modifier à sa guise.

 

Lors de cette petite réunion entre amis, il était question des soins qui de nos jours sont appelés les soins esséniens. Il nous enseignait que l'individu ne devenait véritablement thérapeute que lorsqu'il avait complètement dépassé l'illusion de son ego. Il prétendait qu'un thérapeute aussi longtemps qu'il se prétend thérapeute de son prochain, ne l'est donc finalement que de lui-même.

L'essence de son enseignement devait être consigné sur les tablettes d'argiles et c'était ma fonction. Je me voyais utiliser une planchette munie d'un cadre et contenant une mince couche d'argile humide. Avec une baguette en bois que je trempais dans l'huile, j'y gravais des suites de symboles.

À la fin de cette petite réunion, je lui faisais vérifier mes gravures puis remontant l'escalier de pierre, j'allais les montrer à une personne. Il s'agissait d'une femme qui m'appelait Jeremy et qui apparemment était ma tante... Par après, j'allais les ranger sur un étalage où le potier était chargé de les récupérer pour les faire cuire. Ensuite, je redescendais l'escalier en pierre pour rejoindre un groupe d'une dizaine d'hommes et de femmes, tenant sous mon bras une espèce de tablette en argile...

 

Cette scène récurrente a perduré de longues heures. Lorsque finalement je m'endormis, je me mis à rêver que j'étais assis au bord d'une falaise bordant l'océan. Je ne sais pour quelle raison, cela se passait "tout au bout des terres dans le Finistère". Il y avait en contrebas des falaises, une foule de petits humains qui suivait un gigantesque Yeshua. Celui-ci foulant la plage, était de la taille d'un building et commençait à marcher sur l'Océan. Il regarda en ma direction, puis me lança :

– "Tu sais ce qui te reste à faire, fais toi confiance et continue ta route comme cela !"

Je lui fis alors un petit geste d'approbation et il disparut à l'horizon, puis fin du rêve.

 

Le lendemain en me réveillant, déconcerté de la clarté de mes visions et je me rappelai très bien des symboles que j'avais gravé dans les tablettes d'argile.

Cinq années plus tard, habitant dans l'Aude, j'assistais dans un cercle privé à la projection d'un reportage. Il était question de deux chercheurs, qui en Provence ont déterré à proximité de Sisteron, des sortes de tuiles en terre cuites, comportant des inscriptions et des symboles. À la vue de la tuile que présentait l'un des deux chercheurs, mon corps se mit à trembler et je me mis à pleurer.

 

J'avais compris cependant qu'il ne s'agissait pas de tuiles, mais de tablettes d'argiles semblables à celles que je gravais dans mon rêve. Mes mémoires cellulaires ont reconnu ces symboles mais ma conscience avait oublié !

 

***

 

"L'histoire du tournevis"

 

"...À cette époque, j'emménageais avec ma nouvelle compagne à Wasselonne. L'appartement que nous venions de louer était aménagé sous les combles et certaines pièces n'étaient donc pas bien grandes. Ce jour-là, étant seul, je devais agencer la petite cuisine et avais décidé de monter une petite étagère à trois niveaux. Celle-ci était simplement constituée de quatre tasseaux carrés formant les montants, d'une petite tringle en croix pour la rigidifier et de trois planchettes en pin massif. De facture très simple, elle s'assemblait avec douze tourillons et quatre vis. Je n'avais donc pour seul outil, qu'un bon tournevis cruciforme.

 

La cuisine était totalement vide. Il n'y avait qu'une petite table de camping où je déposais le tournevis pendant l'assemblage et les pièces de l'étagère. Je commençais donc par caler l'étagère dans un coin pour disposer les tourillons. Je pris le tournevis pour placer la première vis, puis la deuxième, puis la troisième. Entre chaque vissage, je reposais scrupuleusement le tournevis sur la table de camping. Au moment de me retourner une dernière fois pour attraper le tournevis, plus rien ! Il s'était volatilisé !

J'ai cherché plus de dix minutes dans mes poches, sous la table de camping, derrière les étagères, dans les quatre coins de la pièce. De toute évidence, il y avait là un gros mystère ! Décontenancé, je me suis alors assis quelques instants sur le sol de la cuisine.

En me relevant pour aller chercher un autre outil dans la voiture, sur la table de camping à l'endroit même où aurait dû se trouver le tournevis, était déposée une petite fleur stickers en plastique... !!!"

 

***

 

"Le chaton disparu"

 

"... Six mois après cette curieuse disparition, une autre histoire étrange s'est produite dans ce même appartement. Étant au début de l'hiver, toutes les portes et fenêtres de la maison étaient fermées. Cela faisait près de quatre mois que nous avions recueilli et soigné un bébé chaton de deux semaines environ, dont la mère s'était faite écraser sur la route. Il était devenu de ce fait, très familier et affectueux.

 

Ce jour-là, Étoile puisqu'il s'appelait ainsi, dormait profondément roulé en boule au milieu du lit dans notre chambre. Cette pièce comportait deux portes qui étaient closes et dont l'une d'elle, donnait directement accès à la cuisine. Je pénétrai alors dans cette chambre en refermant précautionneusement la porte derrière moi, pour y déposer un vêtement et dans l'intention de la traverser pour accéder à la cuisine. En ouvrant cette autre porte – celle de la cuisine –, je ramassais machinalement un linge qui était tombé pour le raccrocher derrière cette même porte. À peine le temps d'effectuer ce geste, c'est à dire d'ouvrir la porte, suspendre la serviette et me retourner pour vérifier que je n'avais pas réveillé le chat... il avait disparu !

 

À ce moment-là, je me suis fait la réflexion : "ça alors, il s'est réveillé rapidement et n'a même pas pris le temps de s'étirer comme il le fait d'habitude !?".

Intrigué, j'appelais Étoile... Étoile... Toutes les portes et les fenêtres étaient bien fermées, il lui était donc impossible de sortir de la pièce et encore moins de la maison. Depuis ce jour où il avait disparu du lit, personne ne l'a jamais revu... !"

 

***

 

"L'automobiliste fantôme"

 

À l'époque, je ne savais pas encore que des choses ou des Êtres pouvaient se faire "avaler par des vortex dimensionnels", comme j'en ai eu apparemment l'expérience avec le chaton. J'en ai eu une autre illustration, quelques semaines plus tard.

 

En train d'effectuer ma tournée de visites à domicile – lorsque j'exerçais encore en tant qu'infirmier – je circulais en voiture dans un petit village du Kochersberg Alsacien.

Arrivé au seul feu tricolore du village qui venait de passer au rouge, les trois voitures qui se trouvaient devant moi se sont arrêtées elles aussi. Soudainement, le conducteur du deuxième véhicule qui était seul à bord de sa Renault 5, bondit de sa voiture, la contourna par l'arrière et fonça à la boulangerie située à quelques mètres de là. Je l'ai vu pousser la porte et interpeller la boulangère.

 

Je me faisais alors la réflexion suivante :

"Eh bien, il doit être du coin celui-là ! Il doit savoir tout comme moi, que le feu met longtemps à repasser au vert. Il prend tout de même des risques à laisser sa voiture au beau milieu de la chaussée et oser s'aventurer à la boulangerie !"

 

Bizarrement ce jour-là et beaucoup plus rapidement que d'habitude, le feu repassa au vert. Le monsieur n'avait toujours pas regagné son véhicule et n'était pas ressorti de la boulangerie ! Pourtant sa voiture redémarra ! Je fus sidéré car je voyais nettement qu'il n'y avait personne au volant !

"Mais qui conduit la voiture ? Elle est téléguidée ou quoi ?" me demandais-je ahuri par cette scène tellement surréaliste dont je venais d'être témoin.

 

Je me mis donc à avancer tout doucement afin de voir ce qu'il se passait dans la boulangerie. Arrivé devant la vitrine, la boulangère était tranquillement appuyée au comptoir car il n'y avait aucun client à servir !

"C'est quoi ce truc, est-ce une blague de la caméra cachée ?" pensais-je en reprenant la route. Mais subitement, je fis le lien avec la disparition du chaton ! Je ressentis alors que l' "On" voulait me montrer quelque chose. Mais quoi donc ?..."

 

***

 

"Le fer à repasser"

 

"Avec Élise ma compagne de l'époque, j'avais l'habitude de faire les courses au supermarché du coin. Un jour, deux jeunes filles faisaient la manche à l'entrée. La plus grande avait l'air d'avoir à peu près 16 ans au plus et la plus jeune, une dizaine d'années. Nous allions franchir la porte du magasin lorsque la plus grande nous interpella.

– "S'il vous plaît, vous allez faire les courses ?" nous lança-t-elle avec un accent étranger.

– "Oui bien sûr mademoiselle" lui répondis-je m'attendant à ce qu'elle me réclame une pièce.

Elle enchaîna :
– "Auriez-vous la gentillesse de m'acheter un paquet de lessive ?"

Surpris par cette curieuse requête, je lui répondis :

– "Oui évidement, nous pouvons le faire. Que désirez-vous comme genre de lessive ?"

– "Justement, je désirerai la lessive de la marque Etole. Elle est naturelle et anti-allergénique. Je ne peux utiliser que celle-là car mon mari est allergique aux autres lessives."

"Elle paraît bien jeune pour être mariée !" pensais-je.
– "Entendu, nous allons vous trouver ça" répondis-je en franchissant l'entrée.

– "Connais-tu la marque Etole ?" demandais-je à Élise.

Elle non plus n'en avait jamais entendu parler. Une fois au rayon lessive, nous avons fouillé tout l'étalage et impossible de trouver cette marque. Nous nous sommes même renseignés auprès de l'accueil du magasin, sans succès.

En sortant du supermarché, les deux mendiantes venaient à notre rencontre avec un large sourire.

– "Désolés, nous n'avons pas trouvé la marque de lessive Etole, elle n'existe pas dans ce magasin" lançais-je aux deux jeunes filles.

– "Je m'en doutais, ce n'est pas grave" rétorqua la plus grande, toujours avec le même sourire.

"Ça alors, elle s'en doutait ! Elle nous fait courir dans tout le magasin et maintenant elle nous dit que cela n'est pas grave ! Elle est quand même gonflée celle-là !" me disais-je.

Élise entama alors la conversation avec ces deux curieuses personnes qui décidément, restaient très souriantes pour des mendiantes.

– "Nous venons régulièrement faire les courses dans ce magasin. Nous ne nous sommes pourtant jamais croisés ! D'où êtes-vous ? " leur demanda-t-elle.

– "Nous habitons dans le quartier depuis quelques mois déjà, mais la vie est très dure car nous n'avons pas d'argent. Mon mari a eu un accident de travail et restera en chaise roulante pendant quelques mois. Il ne peut donc plus travailler." répondit-elle avec un accent très prononcé provenant d'un pays de l'est.

– "Vous ne percevez aucune indemnité pour vivre ?" la questionnais-je encore.

– "Malheureusement non. Nous sommes des réfugiés bosniaques. Nous n'avons pas d'argent et le patron de mon mari avait mal fait les papiers pour le travail" répondit-elle alors, avec un français approximatif.

J'allais leur demander leur prénom, lorsque la plus petite ouvrit la bouche pour me devancer :

– "Je m'appelle Luna et j'ai 11 ans et ma grande sœur s'appelle Stella, elle a 19 ans. (Il s'agit de leur véritable prénom). Nous habitons ensemble et nous devons aider tonton pour descendre l'escalier."

– "Ah bon, pourquoi dis-tu cela ?" interrogeais-je alors Luna. Mais Stella prit la parole pour nous répondre.

– "Nous habitons le troisième étage d'un petit immeuble sans ascenseur, les sorties de mon mari dépendent du bon vouloir de nos voisins pour nous aider à lui faire descendre les escaliers".

"Ils ont l'air de s'être embarqués dans une sacré galère !" pensais-je tandis que je sentais mes yeux s'humidifier et ma gorge se nouer. J'eus brusquement une idée que je soumis à Stella.

– "Auriez-vous besoin d'un fer à repasser ?" lui demandais-je alors. "Je ne me sers plus du mien, je peux vous l'apporter la prochaine fois lorsqu'on se reverra ?"

– "C'est une bonne idée !" répondit-elle en exprimant sa joie et en me souriant de plus belle. "Je pourrai à nouveau repasser les pantalons de mon mari !" rajouta-t-elle.

– "Nous devons revenir dans le quartier demain en fin de matinée, si vous êtes devant le magasin je vous l'apporterai !" répondis-je tout heureux de pouvoir rendre service à ces deux jeunes filles qui somme toute, étaient très gentilles et souriantes malgré les souffrances qu'elles devaient endurer.

Nous nous quittions en échangeant deux bises et en nous laissant aller à de grandes accolades fraternelles.

– "Au revoir et à demain !" lançais-je en nous dirigeant vers notre voiture.

 

Le lendemain Élise et moi étions à l'heure au rendez-vous mais Luna et Stella n'étaient pas là. Nous avons attendu pendant près de trois quart d'heure mais toujours personne. Nous sommes revenus les jours suivants, elles n'étaient toujours pas là.

En demandant à l'accueil du magasin, personne ne les avaient jamais remarquées. De plus la mendicité étant interdite à l'entrée du magasin, elles auraient forcément été repérées. Ces informations qui venaient de nous être transmises nous animèrent d'un curieux sentiment, nous en avions même des frissons. Interpellés par ces surprenantes circonstances, durant plusieurs jours de suite nous avions parcouru les supermarchés du quartier, sans pour autant retrouver les traces de Luna et Stella.

 

Deux mois plus tard, la première fois où j'assistais à une séance de channeling, une femme médium canalisait des Êtres provenant d'autres dimensions. À la fin de la séance, elle se tourna vers moi et me dit ceci :

– "Je dois vous délivrer un message monsieur ! Je n'en comprends absolument pas le sens, mais je dois vous répéter une phrase. Peut-être aura-telle une signification pour vous ?

La voici :

Nous te remercions beaucoup pour ta générosité, mais là où nous sommes aujourd'hui, nous n'avons pas besoin de fer à repasser !"

 

***

 

"Les bottines dans la neige"

 

Cette autre histoire s'est passée en plein hiver. Élise, sa fille Laura et moi avions convenu de faire une sortie à la chapelle Saint-Michel, du coté de Saint-Jean Saverne dans les Vosges du Nord. Ce site d'une altitude d'un peu plus de 400 mètres est accessible depuis une route forestière par un sentier en escalier constitué de pierres et rondins, qui serpente à travers la forêt. Il avait neigé plusieurs jours d'affilée et une croûte de glace s'était formée par dessus les soixante centimètres de poudreuse qui recouvraient la forêt. L'accès à la chapelle était donc très périlleux et éprouvant. Heureusement que nous étions tous les trois bien équipés pour gravir les 500 mètres qui nous amenaient au sommet.

 

Une fois arrivés, il n'y avait âme qui vive. Évidemment, avec la quantité de neige au sol et le blizzard glacé qui y soufflait, les randonneurs du dimanche n'étaient pas de sortie. Nous ne nous y sommes donc pas éternisés et avons rapidement fait demi-tour par le même escalier qui nous y avait conduit. À peine quittions-nous le site qu'au loin dans le blizzard et la neige, se découpait une silhouette noire. Nous étions tous les trois surpris par cette étrange vision. À une cinquantaine de mètres en contrebas, une femme apparemment très âgée toute de sombre vêtue, était plantée dans la neige au milieu des sapins.

"J'hallucine ! Elle est complètement inconsciente cette mamie !" pensais-je en nous rapprochant de la silhouette.

Effectivement une dame apparemment âgée était fichée là, la neige jusqu'aux genoux, à quelques mètres de l'escalier. Elle était vêtue d'un long manteau en fourrure et de son bonnet assorti. Une petite écharpe de soie entourait son cou mais détails curieux, elle portait une paire de lunette de soleil d'un style très moderne et coloré et des bottines de ville à talon.

– "Ça alors, je ne m'attendais pas à voir quelqu'un ici aujourd'hui !" lui lançais-je en parvenant à sa hauteur. "Mais comment êtes-vous arrivée jusqu'ici ? Vous n'êtes pas habillée pour randonner dans la montagne !" N'avez-vous pas froid, si peu couverte ? Et comment faites-vous pour marcher dans cette neige avec vos petites bottines à talon ?"

"Oh, j'ai l'habitude des randonnées en montagne ! Ne vous en faites pas pour moi" me répondit-elle.

– "Voulez-vous que je vous prête un bâton pour redescendre par l'escalier ?" lui demandais-je alors.

– "Non non, ça ira très bien comme ça. Je ferai doucement pour redescendre" me rétorqua-t-elle aussitôt.

Quelque chose en moi me disait : "Il y a un truc qui cloche... Quelque chose n'est pas logique dans cette situation." Cependant, j'étais incapable de le voir.

– "Si vous préférez, je peux vous proposer mon bras ? Nous allons également redescendre doucement" lui proposais-je encore une fois, en remarquant ces petits pas hésitants.

– "Ah comme cela je veux bien ! " répondit-elle tandis que je commençais à percevoir son petit jeu. Elle s'accrocha alors à mon bras gauche sans se faire prier.

– "Quand-même, ne trouvez-vous pas que descendre doucement et accompagnée, est beaucoup plus rassurant pour vous dans cette neige ?" lui rétorquais-je.

 

Nous voila tous trois arrimés les uns aux autres, descendant prudemment les marches glissantes de ce sentier forestier. Élise accrochée à mon bras droit, préoccupée et angoissée par sa fille trop jeune pour s'éloigner toute seule dans la neige, s'époumonait à vouloir la faire revenir auprès de nous.

– "Vous savez à 8 ans, les enfants sont déjà autonomes. Si vous avez vraiment confiance en elle, il ne lui arrivera rien", lança la petite mamie à ma compagne d'un ton rassurant presque autoritaire.

"Ça alors ! Ce sont les mêmes mots que je répète à Élise lorsque sa fille parfois s'éloigne un peu trop d'elle", pensais-je.

Je venais de repérer les traces de pas qu'Élise, Laura et moi avions laissé une heure auparavant, lorsque la mamie m'interpella pour me raconter sa petite histoire.

– "J'ai l'impression que vous doutez de moi ! J'ai l'habitude de marcher dans la neige et à 88 ans j'entreprends encore des randonnées dans la montagne. Seule, il ne m'est jamais rien arrivé. L'unique accident que j'ai eu à déplorer dans ma vie de marcheuse est survenu il y a un an, en marchant avec un groupe de randonneurs. Je me suis fracturée la cheville au niveau de la malléole externe. D'ailleurs, je dois me faire enlever mes plaques en titane demain matin."

 

Une nouvelle fois, j'avais la nette impression que quelque chose ne tournait pas rond dans son histoire. En l'observant du coin de l'œil, je venais de me rendre compte que son visage caché derrière ses lunettes de soleil ultra-modernes, ne laissait apparaître aucune ride. Elle me paraissait très jeune pour son âge. Toutefois, puisqu'elle venait de me le dire, je remarquai qu'elle boitillait légèrement, ce qui détourna mes suspicions à son égard.

– "Dans quel hôpital allez-vous vous faire enlever les plaques ?" lui demandais- je alors de plus en plus curieux du mystère qui l'entourait.

– "J'ai rendez-vous demain à l'hôpital de Strasbourg au bloc opératoire 2 du service d'orthopédie."

– "Ça alors ! J'étais instrumentiste dans les blocs opératoires durant 20 ans et j'ai travaillé dans ce bloc pendant plus de 5 ans !" m'écriais-je.

Elle poursuivit sans broncher :

– "Ils m'ont opéré avec du matériel "AA", c'est du bon matériel !

– "Comment connaissez-vous la marque du matériel qu'ils vous ont implanté ?" lui demandais-je interloqué qu'elle soit en possession de toutes ces informations et curieux d'en connaître un peu plus sur elle.

– "Le chirurgien me l'a clairement expliqué" me rétorqua-t-elle, fière de se rappeler de tous ces détails. "Vous le connaissez peut-être, il s'appelle Pierre Vincent ?" renchérit-elle.

– "Évidemment, j'ai travaillé longtemps avec lui. Nous opérions souvent des fractures de nez ensemble" lui répliquais-je.

 

Nous arrivions bientôt en vue de la route qui longeait le cimetière du village. J'essayais discrètement de voir une nouvelle fois son visage, mais il était bien dissimulé sous son bonnet en fourrure, son écharpe et ses lunettes de soleil d'un rouge psychédélique qui changeait de couleur avec la lumière.

– "Voulez-vous que nous vous raccompagnons à votre domicile ? D'ailleurs où habitez-vous ?" lui demandais-je.

– "La première maison en face du cimetière mais je ne veux pas que vous me raccompagnez, je rentrerai toute seule. Vous en avez assez fait pour aujourd'hui" me répondit-elle d'un ton résolu.

 

Élise, Laura et moi avons donc salué cette charmante mamie, puis nous sommes dirigés vers notre voiture garée une vingtaine de mètres en amont du cimetière. Le temps de nous dévêtir de nos encombrantes parkas, de monter à bord de la voiture et de faire demi-tour, deux autres véhicules nous avaient dépassés prudemment. Nous étions donc en troisième position dans la file. En arrivant à hauteur du mur du cimetière, je voyais au loin "notre mamie" qui marchait non pas en direction de son domicile comme elle nous l'avait assuré, mais se dirigeait à nouveau toute seule dans la neige, vers le village.

– "Quelle coquine ! Je savais bien qu'il y avait quelque chose qui clochait ! Elle nous a mené en bateau !" m'exclamais-je à Élise.

L'une après l'autre, les deux voitures qui nous précédaient, venaient de la doubler. Lorsque nous allions parvenir à sa hauteur, elle nous fit un petit signe de la main sans même se retourner !

– "Ça alors ! Comment a-t-elle pu deviner que c'était notre voiture qui allait passer à ce moment-là ? Elle a des yeux derrière la tête ou quoi ?!" m'écriais-je à mes deux passagères.

 

Alors qu'elle marchait très lentement le long du cimetière, j'essayais de la repérer dans mon rétroviseur. Mais à ma grande surprise, elle n'y apparaissait pas !

Médusé, j'en oubliais le verglas et pilais sec pour me retourner afin de vérifier de visu. Nous étions tous les trois complètement sidérés, ahuris ! Elle avait disparu, volatilisée, à moins que d'un seul bon, elle ait pu sauter les deux mètres de hauteur du mur du cimetière !????

 

À cet instant, je fus saisi par d'énormes frissons. Je compris que nous venions de vivre une situation étrange et énigmatique, et que cette mamie n'avait rien d'humain. Le voile venait de tomber et je venais de retrouver la raison. Très vite je repérais les anomalies dans l'histoire de notre rencontre et percevais la totale incohérence de ses propos, que mon esprit complètement brouillé ne pouvait voir lorsqu'elle était accrochée à mon bras.

- Elle était plantée dans la neige immaculée. Aucune trace de pas n'était visible autour d'elle, comme si elle avait été déposée par hélicoptère. À la chapelle et en redescendant le sentier, seules nos traces de pas, à savoir celles d'Elise, Laura et les miennes étaient visibles dans la neige.

- Chaque fois que je commençais à remarquer l'étrangeté de la situation, elle me détournait de mes réflexions en changeant de conversation.

- Comment connaissait-elle l'âge exact de Laura qui faisait beaucoup plus grande que ses 8 ans ?

- Pourquoi me baratinait-elle avec ses histoires d'opération de la cheville et de plaques ?

- Pierre Vincent était un chirurgien avec lequel je travaillais, il exerçait en maxillo-faciale mais certainement pas en orthopédie !

- La marque "AA" ne fabriquait que du matériel en acier chromé et non pas en titane.

- De plus, elle prétendait avoir été opérée avec une plaque en titane, ce qui vu son âge serait logique. Justement ce genre de plaque inerte pour l'organisme, une fois implanté reste définitivement en place sur la fracture pour éviter l'ablation. Ce matériel est donc spécialement conçu pour ne plus être retiré afin d'éviter une deuxième opération et une nouvelle anesthésie pour les personnes âgées. Elle n'avait donc aucune raison de se faire réopérer !

- Et logiquement, si elle se faisait opérer le lendemain en orthopédie, elle aurait dû être admise la veille pour respecter le jeûne avant l'opération !

 

"Comment pouvait-elle être renseignée à ce point et jongler avec les contradictions au point de me faire perdre la tête ? C'était peut-être tout simplement le but !" me disais-je.

Mon esprit a été déconnecté à plusieurs reprises de la réalité et de la logique.

Elise et Laura, malgré qu'elles aient été témoins tout comme moi de cette aventure, n'avaient pas conscience des incohérences de la situation. Mais que s'était-il réellement passé à ce moment-là ?

"Ils" en sont donc capables n'importe où, à n'importe quel moment, sans que personne ne s'en rend compte" me faisais-je la réflexion...

Je venais sûrement de vivre une sorte d'abduction psychique ou d'être propulsé dans une réalité parallèle et cela, au nez et à la barbe de mes proches. Mon esprit avait véritablement été brouillé par une suite de pensées et d'images psychiques que nous avait envoyés cette mamie et qui nous ont complètement annihilé toute capacité de raisonnement logique."

 

 

 

"Jacques et ses mollets"

 

À chaque fois que j'assistais à des événements mystérieux, chacun d'eux se transformait en un puzzle étrange et inexplicable qui jalonnait le courant de ma vie. Lorsque petit à petit j'en découvris d'autres, je m'aperçus que l'ensemble du tableau qui commençait à se dessiner, constituait ma propre trame karmique.

 

Cette petite histoire reflète une nouvelle fois, comment certains événements qui nous échappent dans un premier temps, font partie intégrante de ce "puzzle multidimensionnel" afin de nous rappeler notre chemin de vie terrestre d'hier et baliser celui d'aujourd'hui.

 

Ainsi, un matin d'octobre à l'époque où je m'étais séparé d'Élise, je me réveillais d'un rêve très agité où j'étais accroché à une sorte de croix en bois et quelqu'un me torturait.

J'allais pour me lever du lit mais au moment de poser mes deux pieds par terre, je fus pris par une violente douleur aux mollets.

Faisant d'abord le rapprochement avec une phlébite artérielle, j'écartais très vite cette hypothèse puisque les deux jambes étaient touchées simultanément et exactement au même endroit.

 

Bizarrement, à haute voix et en dialecte alsacien, je me mis à me questionner :
"Jaquelin, was hesch dü an den Waden heut morgen ?". Ce qui se traduit par "Jacques, qu'as-tu aux mollets ce matin ?"

Étonné de mes propres paroles, jamais ne me suis désigné par ce prénom. Qu'est-ce qui m'a pris ce matin là de m'appeler Jacques ?

 

Je me suis levé prudemment vérifiant mon aptitude à me déplacer. Une douleur lancinante touchait mes deux mollets et de ce fait, affectait ma marche durant un bon bout de la matinée.

J'avais prévu de me rendre en ville pour procéder à quelques démarches administratives mais à cause de ma douleur, je ne pus m'y rendre qu'en fin de matinée. Après m'en être acquitté, j'en profitais pour flâner un peu en ville et décidais de faire un tour dans une grande librairie.

À peine avais-je franchi l'entrée du magasin qu'une douleur résiduelle m'handicapait à nouveau au mollet droit.

Je clopinais ainsi entre les étalages lorsque que je repérais un ouvrage qui dépassait dangereusement d'un rayon. Machinalement d'un geste de la main, je le repoussai pour qu'il reprenne sa place. Néanmoins, le livre en avait décidé autrement et dégringola sur le sol pour rester ouvert à la page 453.

 

En parcourant le feuillet de droite, je lus que Jacques de Molay fut horriblement torturé par l'inquisiteur de France, Guillaume Imbert.

À peine ai-je eu le temps de lire les premières lignes, que mes glandes salivaires sous maxillaires se mirent en hyper sécrétion et je fus soudain saisi de terribles vertiges et nausées. Transpirant à grosses gouttes, j'ai du m'asseoir par terre tellement mes troubles devenaient intenses. Heureusement que les toilettes se trouvaient à proximité car dès que j'en eus poussé la porte, je me mis à vomir tripes et boyaux.

 

Curieusement ce soudain malaise ne dura pas plus d'un dizaine de minutes. Peu à peu assis sur la cuvette, je repris des couleurs. Je compris que mon malaise avait été déclenché à la lecture des quelques lignes de ce livre.

 

Jacques de Molay... Guillaume Humbert... Ces noms me rappellent quelque chose mais quoi ? Évidement... ! Ce matin Jacques avait mal aux mollets et ce Guillaume décidément je ne le supportais pas !

Effectivement à cette époque là, dans mon cercle relationnel il y avait un prénommé Guillaume qui se targuait d'avoir été un chevalier et un inquisiteur dans l'une de ses autres vies.

Mais Jacques de Molay – puisque l'Histoire de France n'était pas mon fort –, j'en avais jamais entendu parler !

 

Lorsque je réussis enfin à sortir des toilettes du magasin, mes pensées étaient submergées de questionnements, d'hypothèses de toutes sortes, à tel point que j'oubliais de retourner dans le rayon pour en savoir davantage.

Finalement, je ne me suis procuré "La clé d'Hiram" que bien plus tard, lorsque d'autres pièces du puzzle m'ont encore ramené à plusieurs autres reprises sur les traces de Jacques de Molay.

 

À l'évidence, je fis rapidement les liens non seulement avec mon songe où j'étais torturé sur une croix, mais aussi avec des signes qui m'apparaissaient dans mon quotidien.

 

Par exemple le 24 octobre, date à laquelle certains historiens placent la date de la torture de Jacques de Molay, correspond aussi à la date d'anniversaire de ma fille et le 2410 était le code que j'utilisais tous les jours pour allumer mon téléphone.

Était-ce un hasard ?

 

J'appris aussi en fouillant sur des sites internet, que Jacques de Molay était détenu au château de Chinon dans la Vienne. Il y avait probablement aussi été torturé par crucifixion. Or lorsque j'étais gamin, je ne sais pour quelle raison, un poster représentant une vue de ce château était accroché dans ma chambre. Et en tant qu'enfant, la représentation de cette fortification, autant me fascinait qu'elle me suscitait de la peur.

Était-ce là aussi un hasard ?

 

Les pièces de ce puzzle ont commencé à se rassembler en 2012 et 2013, lorsque Sand et moi avions vécu un remake des inquisitions cathares et templières en contrefort du Bézu dans le département de l'Aude (11), où nous résidions alors. Des synchronicités incroyables nous y avaient amené.

 

Ces terres au pied du Bézu, avaient semble-t-il déjà été le théâtre d'une inquisition sanglante relatée de manière officielle dans l'histoire de la région. Quelques mois après que nous y soyons installés, nous avons perçu qu'il ne s'agissait nullement comme nous le laissait croire le propriétaire des lieux, de créer une petite communauté fraternelle et écolo, mais bel et bien de nous libérer de notre trame karmique commune.

 

C'est ainsi que rapidement je compris pourquoi nous habitions sur ce lieu et pourquoi j'étais porteur de certaines mémoires de Jacques de Molay, le dernier des chevalier templier, et de frère Jacques-Jean, l'un des échappés de Montségur.

 

(Nous en parlerons de façon plus approfondie dans un autre chapitre).

 

 

"Un petit nuage se transforme en dragon"

 

Certains Êtres en provenance d'autres dimensions d'existence veillent sur nous sans relâche, mais l'humain lui ne s'en aperçoit que trop rarement. Les fées, lutins et dragons font partie des légendes et pourtant...

La première année que j'habitais Rennes-les-Bains, je me promenais souvent en soirée le long de la rivière avec Roxane ma chienne, pour lui laisser faire ses besoins avant la nuit. Un jour d'automne, assis sur l'un des bancs qui ornait les berges du cours d'eau, Roxane se mit soudainement à aboyer. Elle qui n'aboyait que très rarement était attirée par quelque chose en amont de la rivière. Effectivement, en y regardant de plus près, un petit nuage blanc très dense de la taille d'une petite voiture, glissait tout doucement au ras de l'eau. Lorsqu'il arriva à ma hauteur, curieusement il s'arrêta et Roxane aboya de plus belle dans sa direction. Le petit nuage blanc resta figé quelques instants à une dizaine de mètres en contrebas de la berge, d'où je l'observais. Puis étrangement s'éleva cette fois-ci à la verticale, pour s'immobiliser à hauteur de mes yeux.

 

À ce moment-là, il commença à prendre de l'envergure pour changer de forme et dessiner une magnifique tête de dragon blanc qui me regardait de face. Je suis resté pétrifié de stupeur vis-à-vis de cette apparition. Roxane, couchée à mes pieds, observait elle aussi la scène. Après une quinzaine de seconde, la tête du dragon se rétracta à nouveau pour reprendre la forme d'un nuage et se dissipa en un éclair.

– "Ça alors, il était magnifique ce dragon ! Tu l'as bien vu toi aussi ?" glissais-je à Roxane.

Pendant un bon moment, figé par l'émotion, je réalisai que jamais auparavant je n'aurais pu croire à ce genre de phénomène, et je n'aurais même jamais pu l'imaginer.

 

 

"L'Archange de Rixheim"

 

Cette histoire m'est arrivée juste avant que je ne rencontre Sand pour la première fois.

Je venais de quitter la Belgique et le nord de l'Alsace où j'avais donné quelques conférences privées. Sand m'avait téléphoné quelques jours auparavant me délivrant un message bien étrange. Son coup de fil m'a permis de comprendre qu'il était temps que je la rencontre. De ce fait, je lui avais annoncé ma venue dans les jours prochains. Cependant, j'avais encore prévu de rendre visite à des amis dans le sud de l'Alsace car je leur avais promis l'une de mes conférences. Mais n'ayant aucune confirmation de leur part, j'étais resté stationné dans la périphérie de Mulhouse en attendant qu'ils me rappellent. En fin d'après midi, ne sachant toujours pas si je devais attendre ou reprendre ma route, je demandai à mon Ange :

– "Si je dois reprendre la route donne moi un signe fort de ta présence !"

 

Comme j'avais le pressentiment que je ne retournerais plus en Alsace dans les années à venir, j'avais envie d'aller déguster une dernière fois l'une des spécialité alsacienne : la tarte flambée !

Me voilà à la recherche d'un restaurant avec ma fidèle chienne Roxane. Plusieurs restaurants m'avaient refusé l'accès, soit parce que je n'avais pas réservé, soit parce que les chiens n'étaient pas les bienvenus.

 

Un peu découragé, je décidai de continuer la route en direction de la Suisse. À Rixheim, c'est à dire à quelques kilomètres avant de prendre l'autoroute, mon regard fut attiré par une pancarte clignotante au bord de la route. C'était celle d'une pizzeria.

– "Tant pis, nous allons nous contenter d'une pizza à emporter !" lançais-je à Roxane".

 

En poussant la porte de l'établissement, une impression étrange me submergea. Je pressentais que j'allais recevoir le signe fort qui répondrait certainement à ma question. La salle était comble et d'autres clients étaient accoudés au bar.

– "Vous désirez une pizza ou une tarte flambée ? me lança une femme d'un certain âge de derrière son comptoir.

– "Ça alors, vous faites des tartes flambées à emporter ? Je vous en commande une !"

– "Bien sûr, vous êtes aux portes de l'Alsace ici, les tartes flambées c'est notre métier !" rétorqua-t-elle en tendant ma commande au commis de cuisine.

À peine cinq minutes après, celui-ci revint avec deux tartes et les déposa dans les cartons d'emballage prévus à cet effet.

– "La deuxième est offerte ce soir !" me dit alors la patronne du restaurant en posant deux serviettes sur les cartons. Je la remerciai chaleureusement puis réglai l'addition, heureux de recevoir ce cadeau de la providence.

Ce n'est seulement qu'en me dirigeant vers la sortie que je remarquais derrière la porte d'entrée du restaurant, une grande vitrine recelant une collection de bibelots. En y regardant de plus près, mon visage s'illumina de gratitude. Il y avait devant mes yeux une trentaines de bibelots de toute sorte, représentant des Anges !

 

En redescendant l'escalier de l'entrée, je me retournai. Sur le fronton du restaurant était inscrit : "Restaurant-pizzeria à l'Archange".

 

Voila le message fort que j'attendais. Pour me faire passer le message, l'Ange cette fois n'y était pas allé de main morte.

Je sus à ce moment-là que je devais reprendre le route afin de rejoindre Sand.

 

 

***

 

Le Pays Cathare : changement de réalité

 

 

Invité par une amie, je suis arrivé dans l'Aude pour la première fois en simple touriste, fin Août 2007. Pendant une semaine, j'avais trouvé à loger dans la haute vallée de l'Aude à Quillan. J'ai été subjugué par la beauté sauvage de la nature Pyrénéenne et par les sources d'eau chaude de la région. Néanmoins lors de ce court séjour dans les environs de Rennes les bains, j'ai tout de même été témoin de l'atterrissage au sommet d'une colline d'un énorme vaisseau noir de forme triangulaire qui se déplaçait sans aucun bruit. À l'époque, je l'avais pris pour un engin extraterrestre mais deux années plus tard, j'appris qu'il s'agissait d'un vaisseau secret de la NASA : un TR3-B.

 

De retour en Alsace, de belles images touristiques plein la tête, je ne me doutais pas encore que mes petites vacances pyrénéennes allaient bouleverser ma vie. En tant qu'alsacien chauvin pur et dur, je ne pouvais tolérer l'idée de quitter le pays. Mais ne sachant pour quelle raison, cette idée commença cependant à trotter dans mes pensées. Je n'avais plus de travail, plus de famille, peu d'amis, après tout, qu'est ce que je risquais ?

Une nouvelle fois je demandais un signe à mon Ange.

 

À la suite des "épisodes de communication" avec Christine, je commençais à m'intéresser au channeling et inévitablement à la philosophie New Age.

À l'époque, certains channels étaient "branchés" "Êtres bleus". (Il s'agissait soi-disant d'Anges galactiques entourés d'un aura bleu).

 

Ainsi par un après midi de printemps 2008, je me promenais en lisière de forêt à quelques kilomètres de mon domicile, lorsque près de moi, une nuée de petit passereaux s'abattit sur un buisson. En y regardant de plus près, je m'aperçus qu'un groupe de mésanges bleues s'ébattait dans le feuillage printanier d'une aubépine.

 

Mes Anges Bleues ! m'exclamais-je. Allais-je recevoir une réponse ? Allais-je déménager ? Et où cela ?

Quelques minutes plus tard, je perçus le bruit caractéristique d'un pic qui tambourinait l'écorce d'un arbre. En me rapprochant je découvris un pic épeiche au ventre rouge vif qui s'acharnait sur un vieux hêtre.

 

Bon sang mais c'est évident ! m'exclamais-je une nouvelle fois ! Pic et pech ! Le Pic de Bugarach, le Pech de Bugarach comme le nommaient les gens du pays.

La voilà ma réponse !

 

C'est ainsi que quelques semaines plus tard je quittais l'Alsace avec ma fourgonnette pour emménager à Rennes-les-bains dans l'Aude. Je savais que désormais la dernière page était tournée et qu'un nouveau livre allait être écrit.

Je ne pensais pas si bien dire.

 

***

 

L'Aude-là !

 

La haute vallée de l'Aude n'a rien de commun avec l'Alsace. Cette contrée, au pied des Pyrénées est réputée l'une des plus pauvre de France. Mais à mon avis, elle mérite également le titre de l'une des plus belle région de notre pays. Elle dissimule une quantité incroyable d'artefacts provenant de civilisations anciennes, de même que ces traditions sont riches en légendes Cathares et Templières.

 

J'avais déniché le seul appartement disponible dans le village. Je passais alors la plupart du temps à explorer forêts, vallées et montagnes des environs. Et évidemment, j'y ai réalisé de nombreuses découvertes parmi lesquelles des traces de civilisation provenant d'autres dimensions de réalités et originaires du passé transdimensionnel de l'humanité.

 

Une autre partie de mon emploi du temps était consacré à des activités de bénévolat au sein de groupements de partage et de développement personnel "Amour et Lumière - écolo-alternatifs", autrement dit dans des communautés New Age de la région.

 

Les années où je vécus dans ce village, à plusieurs reprises je touchais le fond. Évidement, mes maigres ressources provenant des fonds sociaux ne suffisaient pas à couvrir le coût exorbitant du loyer, des factures d'électricité et de mes besoins personnels.

À cause de l'interdit bancaire posé lors du divorce, il m'était même impossible de trouver un emploi et de récupérer mon compte-chèque. J'étais donc parfois privé de quoi manger ou de chauffage en hiver. Continuant cependant à faire confiance en mon Ange, j'apprenais à observer les signes. Ainsi, ma voisine m'offrit parfois un repas lorsqu'elle utilisait mon lave-linge. D'autre fois en contre partie d'une connexion internet, je récoltais quelques piécettes... Et de temps en temps, proposant des visites guidés aux touristes en "cheminement spirituel", je témoignais de ma propre démarche d'Éveil".

 

C'est ainsi que je survécus ces temps-là à Rennes les Bains. Chaque jour était une épreuve. Néanmoins, je n'ai jamais été véritablement en manque de quoi que ce soit, au point de mettre en jeu mon existence. Je finis par comprendre que mon Soi supérieur me laissait expérimenter "l'extrême limite" afin de toucher ma peur. Mais en apprenant à lire "ses signes", je pouvais ressentir et éprouver la Foi en mon Ange. La Conscience supérieure, qui à tout moment ne faisait que me guider.

 

C'est ainsi qu'en ces moments intimes avec mon Êtreté, je me mis à écrire ce que j'entendais en pensée. Je dialoguais avec ma conscience et passais des heures à consigner cette conversation intérieure, sur le vieil ordinateur que j'avais sauvé de mon déménagement. Un beau jour, je fus inspiré pour créer mon site internet, toutefois je ne possédais aucune réelle notion de dactylographie. C'est pour cette raison que mes textes de l'époque étaient truffés de fautes de frappes (ce qui est toujours le cas aujourd'hui !).

Mais peu importe, je me devais de transmettre ce qui passait par mes pensées. Je savais que cela était important et salutaire pour d'autres personnes en recherche de leur Êtreté. C'est alors qu'un beau jour quelqu'un quelque part dans le Vaucluse, lisait l'une de mes transmissions.

 

***

 

Le 18 Août 2011 : Sand et ses amies déboulent dans ma cuisine.

 

Ce jour là venu d'Alsace, deux amies me rendaient visite. Nous allions nous attabler pour le repas du soir lorsqu'on toqua à la porte d'entrée, qui était aussi celle de la cuisine. Quatre jeunes femmes déboulèrent dans la pièce et je ne sais pour quelle raison, je leur proposa spontanément de dîner avec nous. Évidement les plans supérieurs étaient à l'œuvre ce soir là, mais je ne le compris que bien plus tard. Sand venait de pousser les portes de mon monde, elle aussi transportée par la loi des synchronicités...

 

 

Télécharger
2 - Jenaël.pdf
Document Adobe Acrobat 774.7 KB